Warning: "continue" targeting switch is equivalent to "break". Did you mean to use "continue 2"? in /htdocs/wp-content/plugins/essential-grid/includes/item-skin.class.php on line 1145
La Promesse de l'Aube | Stéphane Freiss | Tel Aviv | 07 Décembre 2021

La Promesse de l’Aube

Le Visiteur
09/06/2021
Conversation avec Delphine Horvilleur
07/10/2021

Beit Leissin - Tel Aviv 07 Décembre 2021 - 20:30

Carré Or : 320 nis
Catégorie 1 : 270 nis
Catégorie 2 : 220 nis
Catégorie 3 : 170 nis

 
 

Le chef d'œuvre de Romain Gary lu par Stéphane Freiss

« Avec l’amour maternel, la vie vous fait à l’aube une promesse qu’elle ne tient jamais »


La Promesse de l’aube est le chef d’œuvre de Romain Gary.

Ce roman autobiographique puissant et bouleversant est le récit de la relation passionnelle et profonde qui unit l’écrivain et sa mère durant toute leur vie. D’abord en Lituanie, où naquit Romain Gary, puis à Varsovie et à Nice où ils s’exilèrent en 1927. On les retrouve ensuite durant les études de droit de Gary à Paris et enfin durant la Seconde Guerre mondiale, où Gary vécut ses aventures les plus glorieuses.

La beauté du livre est dans la richesse des sentiments d’amour qui lia les deux êtres et dans la force du récit épique de la vie aventureuse de l’écrivain.

Stéphane Freiss porte à la scène ces passions avec autant d’émotion que de vérité. Il s’empare de l’œuvre pour nous la livrer dans toute sa simplicité et son évidence, pour nous transmettre cette langue si subtile, pour nous entrainer dans une rêverie à laquelle ne peut prétendre qu’une grande destinée.

Un moment rare de complicité entre spectateur, acteur et auteur à partager sans modération.


Note de l’auteur


Il n’est pas bon d’être tellement aimé, si jeune, si tôt. Ça vous donne de mauvaises habitudes. On croit que c’est arrivé. On croit que ça existe ailleurs, que ça peut se retrouver. On compte là-dessus. On regarde, on espère, on attend.

Avec l’amour maternel, la vie vous fait à l’aube une promesse qu’elle ne tient jamais. On est ensuite obligé de manger froid jusqu’à la fin de ses jours. 

Romain Gary